A propos..


Autobiographie

P1Michaël Lemazaille a refait sa vie sentimentale dans des conditions pour le moins acrobatiques !                                                     Puis c’est son entreprise qui l’a lâché, lors d’une période plutôt fâcheuse… comme le destin le fait souvent. Peut-on réécrire le scénario de sa vie, tout en conservant ses valeurs morales ?

Michel HAYART imagine que la vie est un palimpseste, que rien n’est véritablement figé et qu’il peut la réécrire à sa guise. Lorsque toutes nos certitudes s’effondrent comme un château de cartes, nevaut-il pas mieux aller de l’avant ?

Un ouvrage original et audacieux, qui prouve que nous pouvons avoir plusieurs vies… Il suffit d’avoir de l’imagination !

Michel Hayart

PAL ONEOriginaire des cités minières du nord de la France, éduqué partiellement chez les Jésuites, Michel Hayart a été tour à tour sous-officier radio dans la marine nationale en Afrique, puis agent financier, cadre commercial dans l’industrie, agent immobilier et négociant. Amoureux de la chose littéraire et très observateur de son époque, il réalise en publiant ce premier livre un vieux rêve, celui de conter certaines de ses aventures et surtout de communiquer quelques-unes de ses réflexions profondes. Non plus en jetant des paroles à tous vents, mais en les inscrivant sur le papier pour certaines, ou en les gravant dans le bronze pour d’autres.

Au fil des pages…

PALIMPSESTUS-PALIMPSESTON (TONN‘)

Parchemin dont la première écriture, grattée
ou lavée, a fait place à un nouveau texte.
Tout simplement.

Or je considérais ce mot depuis des lustres comme une rareté insaisissable.
Après m’avoir fait longtemps rêver, je l’ai redécouvert par hasard, au décours des pérégrinations universitaires d’Ingrid, sur le fronton d’une librairie parisienne face Sorbonne, et je voulais en découvrir la signification tout seul, alone in the darkness. Dans un premier temps, cruelle déception : pendant des décennies, enfin presque, j’y ai imaginé du mystère algébrique, de la profondeur archéologique, du secret alchimique, du magma ésotérique, que sais-je. Et tout ça pour du papier recyclé. Du papyrus il est vrai peut être .                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           Non, du genuine leather. Mais ce que j’attendais, vraiment, c’était d’en découvrir plutôt un jour une signification passionnante, au décours d’une lecture choisie ou fortuite (j’alterne les deux, forcément comme tout le monde) et puis  j’ai fini par craquer :                                           foin de faux-semblant (normalement la liturgie littéraire fait qu’il faudrait dire: trêve, mais j’aime bien foin, plus bucolique, imperceptiblement Virgilien) et c’est Larousse on line qui m’a délivré en me le délivrant ! Soit. Et de m’apercevoir à nouveau que nous devons tout, enfin presque, en culture et son écriture, aux anciens Romains qui eux devaient tout aux Grecs. Après tout pourquoi pas…

j’aurais pu depuis des lustres soulever en « ahanant »                                                                                 – qu’il est délicieux le vocabulaire onomatopéique – et puis ouvrir le dictionnaire géant de papier, mais j’ai préféré fantasmer jusqu’à l’apnée sur ce si joli mot fleurant subtilement la France des écritoires médiévaux ou des manuscrits brûlés d’Alexandrie, petite tournure sacrée, effluves de magie.

Quatrième de couverture

P2

Divorcer de la première entreprise qui vous a coopté,
que l’on a à la fois aimée et détestée, n’est pas simple.
Mais se reconstruire une vie économique fiable, tout
juste après avoir entamé une nouvelle aventure familiale
formidable, est-ce réalisable ?

Faut-il choisir de se lamenter, se désespérer, d’attendre
l’intervention de la chance et la manne de l’État providence,             ou bien se battre, tenter de rebondir encore et encore ?

Si la passion s’en mêle et que le divin surgit de manière tout à fait improbable, on peut comprendre que l’espoir finisse par renaître ! Mais rien n’est écrit à l’avance, pas même le destin…